M2 pro « Travail politique et parlementaire »

Parcours Travail Politique et Parlementaire
Responsable : Monsieur Frédéric ZALEWSKI
Objectifs
Le Master 2 « Travail politique et parlementaire » est, historiquement, la plus ancienne formation universitaire préparant spécifiquement aux métiers du politique.
Créé en 1985 sous l’appellation DESS « Droit de la vie politique », il s’adresse aux étudiants intéressés par les carrières de collaborateurs politiques, d’assistants parlementaires, de membres de cabinets d’élus locaux, de chargés de relations institutionnelles, de lobbyistes en cabinets, de chargés d’études dans les instituts de sondages, de consultants politiques, de collaborateurs de la presse spécialisée, etc.
Formation généraliste, le Master dispense des enseignements théoriques assurés par des professeurs confirmés, tous spécialistes reconnus du domaine concerné. Des intervenants professionnels figurent également parmi l’équipe enseignante et transmettent les compétences centrales de leur secteur d’activité.
Le Master propose deux parcours, que les étudiants choisissent selon leur projet professionnel :
– « Collaboration avec les élus », dans lequel les séminaires spécialisés sont destinés en priorité aux étudiants intéressés par le métier de collaborateur politique,
– « Communication politique et relations institutionnelles », dans lequel les séminaires spécialisés préparent davantage aux métiers du lobbying, de la communication institutionnelle, de l’analyse politique (métiers de sondeur, de l’évènement politique , etc…).

Un stage d’une durée de six mois prolonge le premier semestre d’enseignement. Il est effectué dans l’un des domaines professionnels mentionnés ci-dessus.
Un réseau actif d’anciens étudiants est animé par l’association ParisPolitix.

Admission au Master :
La validation du Master est déterminée par la validation de chaque UE de la maquette et par une moyenne générale égale ou supérieure à la note de 10/20 Une seule session est organisée par année universitaire, en dehors des dispositifs spéciaux décidés par le jury de délibération et prévus ci-après.
L’admission à une UE est déterminée par une note égale ou supérieure à 10/20, selon les coefficients par matières précisés par la maquette des enseignements.

Admissibilité : 2 écrits (3 Heures chacun, coeff. 1)
. Les étudiants sont déclarés admissibles lorsqu’ils obtiennent une moyenne générale égale ou supérieure à 10 (sauf cas de dérogation au rapport de stage), mais ne valident pas l’une des UE de la maquette des enseignements.
Seuls les CM de l’UE 1 sont validés en examen terminal. Le jury peut convoquer en session de rattrapage les étudiants n’ayant pas la moyenne à ces matières s’ils n’ont pas validé cette UE. Une moyenne générale inférieure à 10/20 peut conduire le jury à ne pas accorder ce rattrapage.
Les matières en contrôle continu ne donnent lieu à aucun rattrapage. En cas de note moyenne inférieure à 10 à une UE validée en contrôle continu, le jury peut soumettre aux professeurs responsables des enseignements non validés la proposition d’un travail supplémentaire. La note de cette épreuve entre en compte dans un nouveau calcul de la moyenne de cette même matière.

Validation de l’UE de Stage :
La validation de l’UE de stage repose sur la soutenance du rapport de stage. Le jury peut demander aux étudiants qui ont une note inférieure à 10/20 de présenter une version augmentée et corrigée de leur travail, qui donne lieu à une nouvelle soutenance.
Redoublement
Le redoublement n’est pas autorisé, en dehors des dérogations accordées par le responsable de la formation et le directeur de l’UFR. Le redoublement peut être accordé avec ou sans capitalisation des notes antérieures.